Share
A- A A+

Article from:

Creation  Volume 30Issue 1 Cover

Creation 30(1):20–23
December 2007

Darwin: The Voyage that Shook the World Blu-ray


US $27.95
View Item
Darwin: The Voyage that Shook the World DVD


US $19.95
View Item

Le voyage fantastique

La théorie de l’évolution peut-elle passer le test de la science moderne?

par
traduit par Paulin et Claire Bédard pour Lumière sur mon sentier

En 1966, le film de science-fiction Le voyage fantastique lançait un défi à notre imagination. Un sous-marin et un groupe de scientifiques étaient réduits et injectés à l’intérieur du corps d’un homme. Dans une course contre le temps, ils pratiquèrent une microchirurgie à l’intérieur de l’homme avant de revenir à leur dimension normale.

Depuis ce temps, les grands progrès de la biochimie nous ont permis de faire de nombreux “voyages fantastiques”, même à l’intérieur des cellules!

Les découvertes de machines biologiques à un niveau submicroscopique constituent un défi sérieux à la théorie de l’évolution, nous obligeant à réexaminer une question cruciale: Comment la première forme de vie est-elle venue à l’existence? (Charles Darwin a esquivé cette question dans son livre L’origine des espèces).

Les scientifiques évolutionnistes semblent incapables de répondre à cette question. Ils n’ont trouvé aucun mécanisme pouvant expliquer comment des substances non vivantes pourraient conduire à la formation de la vie.

Quels sont les composants minimums nécessaires à la vie?

Il est utile de penser en termes de “complexité irréductible”, c’est-à-dire d’essayer de déterminer le nombre minimum de parties nécessaires pour qu’une machine puisse accomplir un but donné. Par exemple, quelles parties d’une bicyclette pourrions-nous éliminer sans qu’elle cesse d’être fonctionnelle (c’est-à-dire capable de servir de moyen de transport)?

L’ATP synthase, moteur de 20 nanomètres de haut (un nanomètre, c’est un milliardième de mètre). Son moteur rotatif dans les membranes des mitochondries (les centrales d’énergie de la cellule) tournent en réaction aux protons entrants (H+). La rotation du moteur convertit les molécules d’ADP en carburant pour les cellules, l'ATP.

Eh bien, nous pourrions probablement nous débarrasser de ses réflecteurs, de ses garde-boue et peut-être de son siège. Nous pourrions même la transformer en monocycle! Cependant, nous serions obligés de garder certaines parties pour qu’elle fonctionne. Elle aurait alors atteint le point de “complexité irréductible”. En d’autres mots, nous ne pourrions réduire davantage sa complexité sans qu’elle cesse de fonctionner.

La plupart des évolutionnistes reconnaissent que, pour pouvoir extraire de l’énergie de l’environnement et se reproduire, “le premier être vivant” (soi-disant il y a des milliards d’années) a dû posséder au minimum les parties suivantes pour qu’il puisse être “vivant” (sa complexité irréductible):

  1. Un plan détaillé — pour lui permettre de transmettre de l’information génétique à ses descendants.
  2. Un dispositif de décodage — quelque chose lui permettant de “lire” le plan détaillé.
  3. Une centrale d’énergie — une façon de produire de l’énergie.
  4. Une couche extérieure — pour empêcher la cellule de se briser.
  5. Une charpente — pour l’empêcher de s’écrouler.
  6. Des ouvriers — des choses qui accomplissent diverses fonctions dans la cellule.

C’est un défi incroyable que d’essayer d’imaginer toutes ces choses en train de s’assembler par hasard!1 Des mécanismes tels que la “sélection naturelle” et les “mutations” n’auraient pu contribuer à l’assemblage du premier être vivant théorique. Tout ce qu’ils auraient pu changer, c’est une créature déjà vivante! Même les évolutionnistes l’admettent.2 Le seul mécanisme possible est donc le temps et le hasard.

Une maison par hasard… fait ou fiction…?

Ver, eau (fond), navette spatiale de stockxpert; maison et sous-marin de iStockphoto; ordinateur de stock.xchng.

9372objects De tous ces objets, l’humble ver de terre est de loin le plus sophistiqué et le plus complexe!

Pour mieux comprendre des concepts non familiers, il est parfois utile de les comparer à des choses de tous les jours que nous comprenons bien. Par exemple, pour construire une maison, il faut un plan, un décodeur (le contremaître sur le chantier), une source d’énergie (fournaise, électricité), une couche extérieure pour la protéger des éléments, une charpente pour préserver sa solidité ainsi que des ouvriers pour la construire. Bien qu’il y ait des parallèles entre elles, une maison est en fait beaucoup, beaucoup plus simple qu’une cellule vivante.

Imaginez que l’on puisse vous réduire à une dimension microscopique pour vous permettre d’observer la “formation” d’une cellule dans le monde étranger de la “soupe primordiale” théorique des évolutionnistes.

Vous verriez flotter un tas de poutres, de filage, de tuyauterie, de revêtement extérieur, etc. Imaginez les morceaux de bois se cognant les uns contre les autres et qui, tout à coup, formeraient une charpente. Imaginez le filage et la plomberie qui se faufileraient à travers la charpente pendant que le revêtement s’attacherait lui-même à l’extérieur pour former un revêtement protecteur. Difficile à croire?

Mais attendez! Et si vous voyiez, dans votre “voyage fantastique”, une fournaise s’assembler elle-même et s’allumer toute seule? Et si des matériaux étaient transportés par des robots dont l’énergie viendrait de la fournaise?

Des machines!?

Le plus simple des êtres vivants n’aurait pu se créer lui-même sans posséder de machines!

Oui, le plus simple des êtres vivants n’aurait pu se créer lui-même sans posséder de machines! D’où auraient-elles pu venir? Dans les créatures de notre époque, les instructions se trouvent dans le plan (l’ADN) de la créature elle-même. Cependant, avant le “premier être vivant”, le plan n’aurait pu exister!

Les plans pour les cellules auraient-ils pu être formés avant l’apparition de la première cellule? Un système de décodage (une série indépendante très complexe de machines programmées) pourrait-il exister avant le code nécessaire à sa propre construction?3

Une centrale d’énergie?

À l’intérieur de chaque cellule se trouvent des moteurs qui génèrent de l’énergie utilisée par la cellule sous la forme d’une substance appelée ATP (adénosine triphosphate). Tout être vivant sur la planète Terre (y compris les plantes) utilise de l’ATP comme source d’énergie.

L’arrêt de la production d’ATP dans notre corps provoque la mort (c’est de cette façon que le cyanure agit)! L’ATP est essentielle à la “vie”.

L’ATP est formée par un moteur moléculaire incroyable appelé l’ATP synthase. Cette dernière tourne à la vitesse d’environ 10 000 tours par minute afin de générer l’ATP dans nos cellules! C’est la plus minuscule des machines que l’on n’ait jamais vue et nous sommes bien loin d’avoir les habiletés nécessaires à sa création.4

Des robots?

La kinésine est un minuscule débardeur de la cellule, transportant des chargements sur ses épaules alors qu’il se déplace le long d’un échaffaudage appelé microtubule. Chaque molécule de carburant d’ATP que la kinésine rencontre déclenche un pas, chez le « débardeur », de précisément huit nanomètres.
Voir www.umich.edu/news/MT/04/Fall04/story.html?molecular.

Chaque cellule possède aussi des “ouvriers non spécialisés” sous forme de robots génétiques miniatures appelés “kinésines”. Celles-ci constituent une famille de machines biologiques minuscules qui transportent du matériel un peu partout dans les cellules. Elles transportent des choses à certains endroits et en retirent d’autres qui ne devraient pas être là. Ce sont réellement des robots biologiques!

Chose étonnante, les kinésines se retrouvent à l’intérieur de chaque plante vivante et de chaque animal vivant sur Terre! (Même les créatures unicellulaires possèdent des kinésines). Ceci implique que les évolutionnistes doivent tenir compte de ce facteur lorsqu’ils parlent d’un “premier être vivant”. Il semble peu probable que le premier être vivant ait pu fonctionner sans kinésines, alors qu’elles sont présentes dans tous les êtres vivants aujourd’hui.5

Retour à la réalité…

Dans le “monde réel”, l’idée de robots, de moteurs et de fournaises qui s’assembleraient par accident susciterait bien des moqueries. Mais à cause de l’attachement des évolutionnistes à l’idée de processus purement naturels, un tel phénomène est jugé possible en ce qui a trait à la genèse de la vie!

Lorsque la théorie de l’évolution de Charles Darwin est devenue populaire, l’exploration du mécanisme interne de la cellule n’était encore qu’un rêve pour les scientifiques. Comme ils pensaient que la cellule n’était guère plus qu’une simple “grosse goutte”, ils s’imaginaient que la première créature unicellulaire devait s’être formée facilement par hasard. Nous savons maintenant que la construction d’une maison paraît dérisoire comparée à celle d’une cellule.

N’oublions pas que nous avons à peine effleuré la surface de la complexité même de la plus simple des cellules. Une chose aussi immensément complexe a-t-elle pu se former par hasard? Le temps ne résoudra pas le problème. Plus le temps avance, plus les machines s’usent et se brisent. Elles ne se forment pas elles-mêmes à partir de débris de métal.

Un monde de haute technologie…

Notre société aime la technologie. Plus les choses sont modernes et avancées technologiquement, plus les gens leur accordent de la valeur.

Nous voulons des ordinateurs toujours plus rapides et plus efficaces. Nous sommes intrigués par les vaisseaux spatiaux qui voyagent vers la lune, par les sous-marins qui plongent à des kilomètres sous l’eau et par les films qui utilisent des effets spéciaux qui semblent tout à fait réels! Lorsque nous sommes en présence d’une technologie de pointe, nous comprenons bien que sa fabrication a nécessité l’intervention d’une pensée intelligente.

La forme de vie la plus simple sur la Terre est plus avancée que toutes les technologies qui pourront être mises au point, que ce soit dans un avenir rapproché ou peut-être même dans un avenir des plus lointains!

Cependant, la forme de vie la plus simple sur la Terre est plus avancée que toutes les technologies qui pourront être mises au point, que ce soit dans un avenir rapproché ou peut-être même dans un avenir des plus lointains!

Rien de ce qui a été fabriqué par l’homme ne peut se comparer aux êtres vivants. Comment se fait-il que des gens intelligents partout dans le monde ne soient pas prêts à croire qu’il y a un Dieu incroyablement plus intelligent qu’eux qui les a créés? Parce que croire en Dieu signifierait qu’ils devraient aussi croire et obéir aux règles qu’il nous a données.

Cela signifie également que le bien et le mal existent dans le monde et que les gens ne peuvent pas faire ce qu’ils veulent sans se soucier des conséquences (le jugement).

Si nous avions su à l’époque ce que nous savons maintenant…

Si les gens à l’époque de Darwin avaient su ce que nous savons maintenant, des millions de gens se seraient-ils détournés de Dieu en croyant qu’ils avaient “simplement évolué”? Autant de gens auraient-ils renié la Bible et le véritable Créateur de toutes choses, Jésus-Christ?

Plus la connaissance du mécanisme si complexe de la cellule augmente, moins le conte de l’évolution devient crédible. Les découvertes scientifiques récentes au niveau de la cellule ont étiré la crédulité de la plupart des gens à son maximum. De plus en plus, ils classent la théorie de l’évolution là où elle aurait toujours dû être: dans la catégorie de la science-fiction! Si vous voulez voir une représentation vidéo hallucinante d’une partie du mécanisme de la cellule, visitez le site multimedia.mcb.harvard.edu et posez-vous la question: comment de tels mécanismes auraient-ils pu apparaître par hasard?

Références et notes

  1. Plusieurs éléments de cette liste sont eux-mêmes encodés dans le plan, mais sont nécessaires pour le décodés. On estime ainsi que le plan minimal a 387 gènes codant pour des protéines et 43 gènes codant d’ARN (Nature 439(7074):246–247, 19 janvier 2006). Retour au texte
  2. Voir Dobzhansky, T.G., Discussion of ‘Synthesis of Nucleosides and Polynucleotides with Metaphoric Esters’, par George Schramm, dans Fox, S.W., éd., The Origins of Prebiological Systems and of Their Molecular Matrices, Academic Press, New York, pp. 309–310, 1965. Retour au texte
  3. Pour plus d’information, voir les Q&R du sujet ‘Origin of life’ <www.creation.com/origin>. Retour au texte
  4. Sarfati, J., Design in living organisms (motors), Journal of Creation 12(1):3–5, 1998, <www.creation.com/motor>. Retour au texte
  5. Voir aussi Sarfati, J., More marvellous machinery: ‘DNA scrunching’, Journal of Creation 21(1):4–5, 2007. Retour au texte

Besides the many thousands of articles that are freely available on this site, our staff answer many hundreds of emails in response to it. Help us help advance the Gospel. Support this site

Copied to clipboard
9372
Product added to cart.
Click store to checkout.
In your shopping cart

Remove All Products in Cart
Go to store and Checkout
Go to store
Total price does not include shipping costs. Prices subject to change in accordance with your country’s store.