Also Available in:

Du pollen qui pose un problème

par
traduit par Raymond et Noëlle Stutz

pollen

Les chercheurs indiquent avoir trouvé plusieurs types de pollen de plantes à fleurs dans une “roche de dinosaure” (du Trias moyen).1 Dans la chronologie évolutionniste, cela place l’origine de la floraison des plantes “100 millions d’années plus tôt” que ce qui était précédemment accepté.

Bien que de telles extensions se produisent assez souvent dans des champs fossiles,2 celle-ci met en défaut un dogme de l’histoire évolutive admis de longue date, car ces fossiles signifient que des plantes à fleurs étaient présentes même au début de l’ère supposée des dinosaures.

Par conséquent, les présentations dans les musées et dans les livres pour enfants sur les dinosaures devraient montrer des plantes à fleurs présentes en même temps que les dinosaures. Or, à ce jour, on aura du mal à trouver de telles plantes dans les illustrations, ce qui renforce l’idée fausse que les dinosaures vivaient dans un “tout autre monde”.

Ces fossiles signifient que des plantes à fleurs étaient présentes même au début de l’ère supposée des dinosaures.

La Bible nous dit que la création des plantes (y compris les plantes à fleurs), qui a eu lieu le 3e jour de la semaine de la création, est de fait antérieure à la création des dinosaures le 6e jour. Les couches des roches contenant des fossiles ne décrivent pas l’ordre d’apparition et d’extinction, sur des milliards d’années, comme le paradigme de l’évolution le prétend; elles reflètent plutôt l’ordre d’enfouissement pendant et depuis le déluge mondial de l’époque de Noé (Genèse 6-9; voir Luc 17:26-27), il y a environ 4500 ans seulement.

Il n’est pas étonnant que l’on trouve du pollen sur toute la longueur de la colonne géologique jusqu’en bas dans les strates du Précambrien (prétendument plus d’un milliard d’années avant les dinosaures!).3 Le pollen et bien d’autres fossiles qui ne sont “pas là où il faudrait” par rapport à la prétendue “chronologie” de l’évolution, et ce, de façon spectaculaire, présentent un grand problème aux défenseurs des idées de Darwin.

Références

  1. Hochuli, P. et Feist-Burkhardt, S., Angiosperm-like pollen and Afropollis from the Middle Triassic (Anisian) of the Germanic basin (Northern Switzwerland), Frontiers in Plant Science, 1er octobre 2013 | doi : 10.3389/fpls.2013.00344. Retour au texte.
  2. Oard, M.J., “Further expansion of evolutionary fossil time ranges”», J. Creation 24(3):5–7, 2010; creation.com/fossil-range-expansions. Retour au texte.
  3. Stainforth, R., “Occurrence of pollen and spores in the Roraima Formation of Venezuela and British Guiana”, Nature 210 (5033): 292–294, 1966. Cependant, les évolutionnistes ont toujours refusé de permettre cette extension chronologique à la “gamme des fossiles”. Pour une analyse de la controverse, voir Silvestru, E., et Wieland, C., “Pollen paradox: Evolutionists have ‘allergic’ reaction to Precambrian pollen — South American fossils more than a billion evolutionary years ‘out of date’”, Creation 33 (3):16–17, 2011; creation.com/pollen2. Retour au texte.

Autres articles sur le même thème

Helpful Resources

The Creation Answers Book
by Various
From
US $14.00